Moni et le volcan Kelimutu (#2)

Étape suivante et incontournable à Florès : Moni et le Mont Kelimutu, qui possède trois lacs de cratère au sommet, aux couleurs variées et changeantes.
Il faut quelques heures pour rejoindre Moni depuis Maurere ; en chemin, nous nous arrêtons sur la plage de Koka. La plage est superbe, quasi déserte. Nous y ferons trempette, mais sans trop s’éloigner car les vagues sont assez fortes. Notre chauffeur nous explique qu’il y a une époque, la partie de gauche était réservée aux femmes, et celle de droite aux hommes

La nuit tombe lorsque nous arrivons à Moni. Il pleut des cordes. Nous sommes en altitude, ça caille dehors. L’eau de la douche (qui provient direct de la source ) est glaciale. Tant pis, pas de douche ce soir. Heureusement, le diner délicieux que nous partageons avec les australiens présents à l’ecolodge nous permet de passer une bonne soirée.
La perspective de nous lever à 4h du mat’ pour aller voir le levé de soleil sur le volcan nous enchante moyennement, mais bon, il parait que ça vaut le coup d’oeil…
Le réveil sonne, il est 4h. Il pleut toujours des cordes. Pas la peine de réveiller les enfants, on retourne se coucher. A 8h, il pleut toujours. C’est pas gagné. Notre hôte nous explique que les nuages restent souvent accrochés le matin, ils ont l’habitude…
Le temps finit heureusement par se dégager, c’est parti. Après un petit détour par la cascade du village, accessible par des ponts en bambou, direction Kelimutu !

Keli mutu signifie « la montagne bouillonnante ». Ce volcan, un peu particulier, héberge trois cratères qui peuvent prendre trois teintes distinctes selon l’oxydation plus ou moins forte des minéraux des lacs . Cela peut aller du bleu au noir ou du rouge au vert. Les croyances locales racontent que les âmes des morts trouvent ici leur dernière demeure, après être passés devant le gardien des portes de l’Esprit qui selon la “qualité” de l’âme qui se présente, lui désigne comme dernier refuge un des trois lacs, le plus jeune, le lac ancien ou le lac des âmes malfaisantes.

Ce qui est certain, c’est qu’en fonction de la couche nuageuse et des rayons de soleils, les couleurs ont réellement changées…

La fin de journée se terminera à la traditionnelle source d’eau chaude. On va commencer à y prendre gout ! Pour ceux qui, comme nous, arrivent en fin d’après midi, c’est le rassemblement de quelques locaux qui viennent faire leur toilette avec leur pain de savon.

Nous quitterons Moni sous la pluie, bien content d’avoir eu droit à une éclaircie pour voir le volcan. Sur le chemin du départ, petite escale sur le marché et dans le village traditionnel de Wologai.

Les adresses :

Le Laryss : Resto fort sympa, en bord de plage, avant de continuer la route vers Koka beach ou Moni : ICI
Koka Beach : ICI
Cascade du village, accessible par des ponts en bambou : ICI
Village traditionnel de Wologai : ICI

The Geckos Homestay, Moni : Personnel extrêmement accueillant, avec de très bons conseils. Petit dej et diner délicieux, à partager avec les autres voyageurs. Confort simple, voir très rudimentaire comme souvent à Flores. (bon, le premier soir, on a zappé la douche… trop froide!). Je recommande pour l’ambiance !