13 décembre en Argentine

Il était une fois chez les Tehuelches une magicienne du nom de Koonek, si vieille qu’elle ne se souvenait même plus de son age. Chaque hiver, avant que la neige recouvre le monde, son clan entreprenait une longue migration vers le nord en quête de terres plus hospitalières en attendant le retour de beaux jours. Et tous les animaux de la création avaient coutume de faire de même.

Mais une année, Koonek ne voulut pas prendre la route. Elle se sentait tellement lasse qu’elle demanda qu’on la laisse seule sous son kau, une tente en peau de bête.

Lorsque les oiseaux revinrent avec le printemps, ils s’étonnèrent de la voir toujours en vie. Elle leur reprocha de l’avoir abandonnée. Pour leur défense, ils expliquèrent que l’hiver ils ne pouvaient survivre sans nourriture sur ces terres gelées. Alors la vieille femme disparut subitement dans un poudroiement magique et à la place de sa tente les oiseaux virent un arbuste aux merveilleuses fleurs jaunes et au parfum envoutant qui, la saison s’avançant, se muèrent en jolies baies mauves toutes rondes et appétissantes. Et quand revint l’hiver, ils décidèrent de rester , sans crainte du froid ni de la neige, en se nourrissant des baies des calafates.

Certains animaux qui avaient quitté pour de bon cette terre sans nourriture, revinrent alors y vivre pour toujours. C’est pour cela que les gens disent que si vous mangez des calafates dans la ville, vous y reviendrez inévitablement un jour.

 » Si tu manges un calafate à Ushuaïa, alors tu reviendras ! »