« Ces taons de malheur « 

Après une dernière virée dans le camping-car de nos amis Picaflor, nous voici à Cerro Castillo, nouvelle étape dans notre tour des villages les plus paumés de Patagonie. Du coup, y débarquer un 1er janvier en fin d’après midi n’était pas l’idée de l’année pour trouver facilement un logement… Tout est soit désert, soit complet, soit franchement glauque, jusqu’à ce que nous finissions par dénicher une petite cabana avec cheminée fort bienvenue en ce début d’été.

Mais alors pourquoi s’arrêter à Cerro Castillo ? D’abord pour couper un peu la route et puis parce qu’une belle randonnée nous a été recommandée. Encore une randonnée ? Mais vous n’en avez pas marre des randonnées ? Ben non… comme les glaciers… et justement celle-ci amène à un glacier !

Elle fait une quinzaine de kilomètres au total pour 1 000 mètres de dénivelé. Arnaud a pris l’habitude de raconter des histoires aux enfants pendant les marches. Là, il faut faire le plein pour garder Thomas motivé pendant la montée (c’est simple, ça monte quasiment tout le long…). 

Au bout de 20 minutes de marche, des bourdonnements de plus en plus nombreux se font entendre tout autour de nous. A première vue de simples grosses mouches un peu pénibles mais pas méchantes… jusqu’à la première piqûre. Ce sont en fait des escadrilles de taons hyper agressifs qui viennent nous harceler et nous piquer même à travers les vêtements. Au moindre arrêt, pas moins d’une dizaine vient immédiatement se poser sur nous. L’ascension ne permet même pas de s’en débarrasser, ils nous suivent quasiment jusqu’à l’arrivée au sommet.

Le point de vue récompense nos efforts, le massif, le lac et le glacier suspendu sont superbes. Nous sommes même idéalement situés pour observer les condors prendre les courants ascendants. La descente avec son panorama vertigineux sur toute la vallée est également magnifique, malgré le retour des taons.

Pluie oblige, le lendemain est consacré à rattraper les lessives, faire un peu d’école et se remettre du dénivelé de la veille. Et également trouver un bus pour nous conduire à notre prochaine étape. Comme le logement, il aura fallu un peu lutter, mais nous avons fini par trouver un mini-bus avec l’aide de l’office du tourisme.

Prochaine étape : bains de boue et bains chauds…

LES BONS PLANS DES 8 PIEDS :

Cabana Villarriva
(voir ci dessous)

Bus au départ de Cerro Castillo :
(voir ci dessous) 🙂

On a testé les hamburgers dans le bus garé à l’entrée de village. On recommande !

2 réflexions sur “« Ces taons de malheur « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s